Texte à méditer :  Si nous ne dormons pas c'est pour guetter l'aurore / Qui prouvera qu'enfin nous vivons au présent.  Robert Desnos (extrait du poème "Demain")
Présentation

Fermer Les E.E.D.F.

Fermer Le groupe FRAM

Recherche




Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 4 membres


Connectés :

( personne )
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Textes - Albert Jacquard : l'hypocrisie du système éducatif

L’hypocrisie du système éducatif



Le système éducatif est sans doute le meilleur exemple de notre timidité devant nous-mêmes, timidité qui nous conduit à nous trahir. Répétons-le, chaque homme n’est pas acteur chargé de jouer, une nouvelle fois, un rôle depuis longtemps écrit et déjà joué par mille autres ; il est un auteur, il a à écrire le rôle qu’il jouera.


Si la grande affaire de chaque personne est de réaliser en lui un être autonome, celle d’une société humaine est de mettre en place une organisation donnant à chacun les moyens nécessaires pour devenir celui qu’il choisit d’être. Mais l’homme est trop grand pour lui ; ses possibilités de développement sont telles qu’elles l’angoissent et qu’il n’ose les mesurer.


Le système éducatif, au lieu d’être le domaine privilégié où chacun prend conscience de ses possibilités et apprend à les exercer, est organisé le plus souvent de façon à inciter chacun à couper ses propres ailes. Au lieu de favoriser le développement de personnalités contrastées, on s’efforce de produire en série des individus conformes aux normes. L’école sert le plus souvent à insérer chacun dans une voie où il répète docilement les réponses, trouvées depuis longtemps par d’autres, à des questions qu’il ne se pose pas. Puis on vérifie qu’il a retenu ces réponses, qu’il est capable de les utiliser qu’il est efficace ; on le note, on le classe, on l’oriente, on le sélectionne.


Bien sûr, la bonne marche de la société exige que certaines fonctions soient remplies, et il est de l’avantage de tous qu’elles soient exercées par les plus compétents. Une sélection en fonction de cette compétence est nécessaire pour désigner l’un comme médecin, l’autre comme pilote. Mais cette sélection est une activité d’une nature tout autre que l’éducation.


La structure de la société a été beaucoup améliorée par l’analyse des diverses formes de pouvoirs : pouvoir législatif, pouvoir judiciaire, pouvoir exécutif, et par la reconnaissance de la nécessité de séparer strictement ces pouvoirs : ceux qui sont chargés de légiférer ne sont pas ceux qui jugent, ou ceux qui gouvernent. La nécessité peut être tout aussi vitale de séparer les diverses fonctions.


L’éducateur est dans le camp de l’éduqué ; il est à son service, il participe à son effort pour devenir celui que, peu à peu, il choisit d’être. Le sélectionneur est, par fonction, dans le camp opposé ; il cherche, pour le bien de la société, à déceler les failles de ceux dont il est chargé d’évaluer les performances ; il s’efforce de préciser une hiérarchie, non certes entre les individus, mais entre leurs capacités à réaliser telle tâche. Son rôle est pénible mais sans doute nécessaire, comme celui du juge chargé d’appliquer la loi et de, parfois, condamner.


Par une étrange aberration, notre système éducatif demande aux mêmes personnes de jouer les deux rôles. Profitant de l’ambiguïté du mot, chaque enseignant est mis dans l’obligation d’être à la fois un maître – celui qui initie, qui enseigne, qui fait partager sa compétence – et un maître – celui qui domine, qui ordonne, qui impose sa volonté (selon le Robert). Ces deux rôles étant incompatibles, les enseignants ne peuvent éviter d’être des traîtres ; ou bien ils trahissent la confiance de leurs élèves, qui attendent d’eux une totale connivence ; ou bien ils trahissent le système social, qui attend d’eux un jugement sans faiblesse.


La tentation est forte pour l’enseignant d’être fidèle au système (car il en fait partie, il en vit) et de trahir l’élève. Cette trahison commence avec l’acceptation du classement : une classe où il y a un « premier » et un « dernier » est une classe où l’on sélectionne, elle ne peut être une classe où véritablement on éduque.


Ces réflexions ne constituent nullement un plaidoyer en faveur d’une école du laisser-faire où chacun pourrait donner libre cours à sa paresse. Bien au contraire la prise de conscience de l’effort, souvent douloureux, nécessaire pour se forger une intelligence est un des objectifs premiers de l’éducation. Pour devenir un homme, il faut payer le prix ; ce prix est la rude contrainte à exercer sur notre propre cerveau pour l’empêcher de s’engourdir, pour le rendre de plus en plus agile, pour l’enrichir de questions toujours mieux formulées, et de quelques réponses. Créer cet appétit de devenir, c’est cela le rôle de l’enseignant.


Bâtir une société tenant véritablement compte des possibilités humaines nécessite une réflexion sur ce que pourrait être une pédagogie fondée sur la réalité biologique (non seulement la réalité des métabolismes, mais celle de l’auto-structuration), c’est à dire une « bio-pédagogie ».


La mise en place des hommes les plus compétents, dans les divers organes grâce auxquels fonctionne le grand corps social, nécessite sans doute l’intervention de processus de sélection. Tous y trouveront leur compte, si les plus habiles sont affectés aux postes où la plus grande habileté est nécessaire. Mais cette recherche de la meilleure répartition des compétences n’a rien à voir avec la tâche primordiale : créer des hommes.


Pour faire reculer l’hypocrisie du système actuel, il est nécessaire d’adopter une séparationdes fonctions aussi impérative que la séparation des pouvoirs, créer, s’il le faut, un Ministère de la Sélection ; mais ne demander au Ministère de l’Education, et à ses agents, qu’une seule chose : éduquer.


Albert Jacquard : « Inventer l’Homme »


Date de création : 09/02/2005 @ 22:04
Dernière modification : 08/01/2010 @ 21:27
Catégorie : Textes
Page lue 2680 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Activités du groupe

Fermer L'Équipage

Fermer Camp d'été

Fermer Camp de neige

Fermer Forums

Fermer Poésies

Fermer Textes

Calendrier
Webmaster - Infos
^ Haut ^